Artistes à nos côtés

Résidences d'artistes

La Canopée est un théâtre où l’on vient voir des spectacles. C’est aussi un espace où des compagnies et des auteurs créent leurs spectacles, écrivent...
Organiser des résidences, c’est avant tout soutenir la création d’un auteur ou d’une compagnie, mais c’est aussi :
• favoriser la rencontre et l’échange des équipes artistiques et du public
• associer la population locale au travail de création avec la possibilité d’assister à des répétitions...

 

Cie Carna | Théâtre physique
Le paradis des autres

Résidence du 18 au 21 septembre
Spectacle le jeudi 25 janvier
| 20h30

Née dans les années 2000 à Parthenay (79), Carna puise d’abord son énergie dans les arts du cirque. Une tournée d’un an en Amérique Centrale (spectacles de rue) pose les bases du projet artistique de la compagnie : la transversalité et la rencontre de différents langages (danse, texte, arts du cirque, arts numériques...). «Notre recherche est proche d’un «théâtre physique» où la relation à l’autre est essentielle. Nous envisageons notre compagnie comme un lieu d’expérimentations, de confrontations et d’échanges. Éprouver ce langage de l’instant, animer la matière corporelle comme le foyer de l’intime et en dégager une forme de communication simple, de partage avec l’autre. Les mots ont aussi leur place dans ce parcours comme une prolongation du corps. Nous aimons parler de «théâtralité du mouvement». Cie Carna

Le Paradis des autres - Sortie de création
Nourris des grands textes, des grands mythes et des grandes traditions issus des trois monothéismes, ainsi que du matériel sociologique collecté et du texte de Joshua Cohen, Le paradis des autres (USA, 2008), la compagnie propose une pièce pluridisciplinaire (danse, texte, vidéo, musique) pour trois interprètes au plateau. Elle s’interroge sur comment ce début de millénaire nous invite à questionner notre volonté, nos désirs profonds, nos doutes quant au divin… Est-il nécessaire de croire ? Comment s’opèrent les mécanismes d’adhésion à une croyance ? Peut-on ou doit-on croire ?
Ce projet de la compagnie Carna s’appuie sur une coopération entre quatre lieux - La Canopée à Ruffec, Les Carmes à La Rochefoucauld, La Palène à Rouillac et Le Château à Barbezieux – et il est soutenu par l’aide à la résidence de la DRAC Nouvelle-Aquitaine et l’OARA.


Stage de théâtre physique - Avec Alexandre Blondel
Samedi 21 octobre - 10h-12h30 / 13h30-16h
Aucun niveau requis | À partir de 16 ans | Salle de spectacles | Sur réservation | 15€ la journée
Le corps sera au centre de cette journée. Les mots pourront certainement jaillir au détour d’une proposition. Nous aborderons les notions d’appuis, de poids du corps, de coordination corporelle, du relâché et du swing. Nous explorerons plusieurs états de corps présents dans la dernière création de la compagnie "Le paradis des autres". Se rencontrer et s’amuser seront les maîtres mots lors de cette journée «survoltée».

Site de la compagnie Carna

 

Cie L’autre monde | Théâtre
Le garçon qui volait des avions

Résidence du 04 au 08 décembre
Création programmée durant la saison 2018/2019

Nous avions accueilli Julien Bleitrach dans une adaptation sensible et forte du roman de Wajdi Mouawad, Un obus dans le coeur. Le garçon qui volait des avions est l’adaptation du roman pour la jeunesse éponyme d’Élise Fontenaille. Une histoire d’aventure, une fuite en avant à l’issue incertaine : avoir à peine 16 ans, monter dans un avion pour la première fois de sa vie, le démarrer, s’envoler, quitter l’île qui vous a vu grandir… Liberté, courage, inconscience, folie ? Inspiré de la véritable cavale de Colton Harris Moore, né en 1991 dans l’état de Washington, le roman raconte une adolescence devenue symbole de liberté. Dans l’adaptation théâtrale proposée par la compagnie, la parole de Colton alterne avec celle de Mo, sa mère. Entre la fierté et les regrets de Mo, la rêverie, le refus d’un monde matérialiste d’un ado qui se cherche, la pièce évoquera aussi l’emballement médiatique, la quête d’absolu et de liberté. Julien Bleitrach incarnera Colton et sera accompagné sur scène par une comédienne pour les rôles féminins.


Répétition publique et rencontre avec l’auteure Élise Fontenaille
Lundi 04 décembre | 19h

Entrée libre et gratuite

https://compagnielautremonde.com/

 

Cie La Divine fabrique, Ladji Diallo | Théâtre, récit

Résidence du 04 au 08 juin
Création programmée durant la saison 2018/2019

Avec Ma vallée, un truc de fou !, fin 2009, Ladji Diallo entame une trilogie pour faire évoluer sa parole de conteur, partir de sa propre histoire pour atteindre l’universel. J’kiffe Antigone en 2014 est le second volet, l’extraordinaire aventure de jeunes de banlieue qui expérimentent des cours d’art dramatique et découvrent la beauté de la langue, la magie de la scène et surtout le charisme de cette héroïne qui a fait trembler les murs de la cité de Thèbes. Dans la troisième et dernière étape, mise en scène par Alberto Garcia Sanchez, il s’agira de raconter comment tout a commencé : au Mali. Après les Pyrénées, après Antigone, le conteur nous plonge au coeur de son grand voyage initiatique dans le pays de ses ancêtres. Une rencontre choc entre ce jeune banlieusard et la terre d’Afrique, regorgeant de son art de vivre, du feu de sa Parole, de la poésie du fleuve Niger, de ses griots, de sa musique, de sa danse.

http://www.ladjidiallo.com/

 

Noémie Pinganaud | Photographie

Noémie Pinganaud est photographe indépendante depuis 2009. Elle a suivi une formation de photojournaliste à l’EMI-CFD de Paris. «Au départ, plutôt orientée pour être travailleur social mais n’y trouvant pas ma place, je me suis assez vite tournée vers la photographie et le reportage en particulier. D’abord basée à Poitiers où j’ai collaboré avec la Mairie de Poitiers, Grand Poitiers, l’Espace Mendès-France, la revue «L’Actualité Poitou-Charentes», je suis revenue en Charente en 2014. L’envie de trouver une activité professionnelle complémentaire et différente, m’a amenée à Chasseneuil-sur-Bonnieure où je travaille au sein des Cies de spectacle «Tout Par Terre» et «Nulle Part». Non pour y faire la clown, mais l’administration de ces deux compagnies de jonglage. En parallèle, je continue certaines collaborations sur Poitiers et quelques projets photographiques comme le reportage effectué sur la saison 2015-2016 dans les murs de La Canopée». Noémie Pinganaud


Mise en boîte des lecteurs
Vendredi 27 et samedi 28 octobre
Horaires à préciser | Entrée libre et gratuite

Noémie Pinganaud ouvre un studio photo éphémère dans La Canopée pour tirer le portrait des usagers de la médiathèque, avec leur livre, CD, DVD, jeu… fétiche. L’objectif est la création d’une nouvelle exposition.